l'angoisse du 8 ème mois

*

"L'angoisse du 8ème mois" représente un des moments essentiels de la différenciation entre l'enfant et sa mère.

C'est en effet autour du 8ème mois, avec une variante de quelques semaines, qu'apparaît une réaction quasi-croissante de l'enfant.
Ce dernier se met à pleurer lorsqu'il est en présence d'un étranger et que sa mère s'éloigne.
Auparavant, il souriait à tout le monde, il reste sérieux désormais voire très intimidé. Il a peur de ce et ceux qu'il ne connaît pas. Vous ne pouvez plus le confier à d'autres bras sans qu'il pleure ou crie. Il fait des cauchemars et se réveille en pleurant. Il a surtout peur de vous quitter, de vous perdre et donc ne supporte pas vos absences même de quelques secondes.

En effet, à ses yeux, vous êtes son repère bien-être (que vous soyez le père ou la mère !). C'est vous qui lui apportez sécurité, douceur, repas, câlins et consolations. Comme il ne lui est pas possible de s'imaginer votre retour lorsque vous vous absentez, il ne lui est pas possible non plus de se souvenir que c'est déjà arrivé et que vous êtes toujours revenu.

Ses seuls moyens de communiquer sont toujours les pleurs et les cris, mais rassurez-vous, il ne pleurera que quelques petites minutes lorsque vous le confierez à sa nourrice, juste le temps de s'adapter aux changements de lieu, de personne, … Cela recommencera tous les matins lorsque vous le quitterez, mais cette adaptation lui est nécessaire pour être à l'aise, tout comme il a besoin d'une période d'adaptation quand vous le retrouverez le soir.

Pour la majorité des psychanalystes, cette réaction ne peut être due à la seule "peur de l'étranger", mais à une angoisse de séparation doublée d'une crainte de ne plus revoir sa mère (reconnue par l'enfant comme seul objet privilégié).

L'angoisse du 8ème mois est une des périodes-clé du développement de bébé.
Pour le psychanalyste Spitz, il s'agit du 2ème organisateur de l'enfant : le 1er correspondant au premier sourire, le 3ème correspondant à l'acquisition du "non" vers l'âge de 18 mois.

L'intensité de cette angoisse n'est pas la même d'un enfant à l'autre. Cela varie selon son mode de vie, s'il a l'habitude de vivre en collectivité (crèche, nourrice), de voir régulièrement de nouvelles têtes ; selon son caractère, s'il est sociable ou non ; et selon votre propre angoisse. Cette période dure entre 3 semaines et quelques mois.
Chez certains enfants cette période peut être pratiquement inaperçue.

Prévention des accidents de la vie courante

*

Comment coucher votre enfant ?

Méfiez-vous des literies trop grandes et choisissez un matelas ferme aux dimensions exactes du berceau. Couchez votre enfant sur le dos et non sur le ventre. Dans la chambre, la température idéale est de 19°C. Utilisez une turbulette. Ne bordez jamais le nourrisson car il s'enfonce en dormant et risquerait de s'étouffer. N'utilisez jamais d'oreiller. La couette ne convient pas au-dessous de 36 mois. Si vous choisissez un lit à barreaux ou comportant des espaces horizontaux (à la tête, au pied du berceau ou au niveau du sommier), vérifiez que l'écartement est suffisamment étroit pour empêcher que votre enfant ne se coince la tête (norme européenne : l'espace entre les barreaux doit être compris entre 45 et 65 mm). Aucun animal ne doit rester dans la chambre où dort le nourrisson : il pourrait se coucher dans le berceau près de son visage et l'étouffer. Pour les mêmes raisons, enlevez toute grosse peluche du lit. Evitez tout collier, chaîne ou cordelette avec sucette qui risquent d’étrangler l’enfant pendant son sommeil. Il ne doit jamais pouvoir atteindre un mobile au-dessus de son berceau.Posez le transat, le couffin ou le pèse-bébé à terre, jamais sur un meuble : à force de mouvements, votre enfant (ou un autre enfant) pourrait le faire glisser jusqu'au bord… et ce serait la chute.

La voiture

Si vous entreprenez un voyage, prévoyez un biberon d'eau et proposez régulièrement à boire à l'enfant. Les pare-soleil latéraux peuvent être utiles pendant un long voyage. S’ils sont munis de ventouses, vérifiez qu’elles sont solidement fixées pour éviter tout risque d’absorption par l’enfant. Ne laissez jamais un enfant seul dans une voiture. S'il fait chaud, très vite, il peut souffrir d’hyperthermie et de déshydratation.Les conséquences en sont graves, parfois mortelles. Ne tenez jamais votre enfant sur vos genoux car, en cas de freinage brusque et surtout en cas de choc, il serait propulsé avec une telle violence qu'il vous serait impossible de le retenir. Pour protéger votre enfant des chocs, utilisez un siège coque “dos à la route”, que l'on place à l'avant ou à l'arrière de la voiture. Il s'installe aisément à l'aide de la ceinture de sécurité. On peut aussi utiliser une nacelle placée transversalement sur la banquette arrière, à condition que votre enfant soit correctement attaché sur le dos avec son harnais à cinq points .

Le biberon

Pour vérifier que le lait n'est pas trop chaud, il suffit de faire couler quelques gouttes sur l'avant-bras. La température du verre est parfois trompeuse, surtout si le biberon a été chauffé au four à micro-ondes. Agitez le biberon avant de tester la température du lait.

Le bain

Le bain est un moment de détente, un instant d'échanges et de jeux avec l'enfant. Prenez l'habitude de bien veiller à la température de l'eau : les brûlures peuvent être très graves. Faites toujours couler l'eau froide avant l'eau chaude, puis faites couler encore l'eau froide un bref instant pour refroidir le robinet.Les articles de bain pour nourrisson (anneau, transat, coque plastique) permettent de ne pas avoir à tenir votre enfant pendant le bain, pour le laver ou jouer avec lui, mais ce ne sont pas des articles de sécurité. En aucun cas ils ne vous autorisent à vous absenter, même un court instant.

Ne vous fiez pas à votre main habituée à de hautes températures.Utilisez toujours un thermomètre de bain.37°

à partir de 3 mois

Votre enfant va commencer à rouler surle côté pour passer de la position sur le dos à celle sur le ventre, ou inversement. Il peut donc tomber de sa table à langer, du pèse-bébé, du lit de ses parents, du canapé.

Ne vous laissez pas surprendre. Restez toujours près de lui et gardez une main sur lui pour le maintenir.

Les objets

Votre enfant tend la main vers un objet qu'on lui présente ; progressivement il va pouvoir s'en saisir volontairement, puis le porter à sa bouche. Prenez l'habitude, dès le plus jeune âge de votre enfant, de ranger dans un endroit qu'il ne peut atteindre tout objet coupant, pointu ou brûlant, tout produit toxique, médicament, objet ou aliment dangereux (grains de raisin, etc.) qu'ilpourrait avaler. Attention aux chutes de la chaise haute. Lorsque l'enfant est de petit gabarit et qu'il sait marcher très précocement

Les dangers

Certains enfants marchent à quatre pattes. Bien vite, ils cherchent à se redresser.Veillez à ce qu'ils n'aient pas de minuscules jouets ou objets à leur portée, comme par exemple les piles boutons ou micropiles. Ils risquent de les absorber accidentellement, ce qui peut entraîner une attaque de la paroi digestive provoquant des brûlures caustiques, puis une perforation digestive. Il existe des jouets spécifiques pour les moins de 36 mois.Pensez à protéger vos coins de table.

Attention aussi aux médicaments : ils doivent être rangés dans une armoire à pharmacie fermée à clé – même ceux que l'on prend tous les jours. La même précaution est à prendre pour les cosmétiques(eaux de toilette, parfums, etc.).

Certaines plantes, tel le Diffenbacchia picta, peuvent provoquer des intoxications ou des allergies. Vérifiez la non-toxicité des plantes d'intérieur ou de jardin auprès d'un fleuriste.

L’électricité

Votre enfant se tient debout, il marche ou va bientôt marcher. Il va comprendre la signification du “non”. Au début, on joindra le geste à la parole. Cet apprentissage est très important : l'enfant comprend qu'il y a des limites à ne pas dépasser. Il faut savoir faire passer le message “permis” / “défendu” avec douceur et fermeté.

Ce qui est autorisé une fois doit le rester et les interdits doivent être maintenus, mais il ne faut pas tout interdire.

Soyez patients, répétez toujours les mêmes mots et les mêmes gestes. Même s'il ne comprend pas toutes vos explications, l'enfant est sensible au fait que vous lui parliez et que vous lui montriez ce qui est à faire et surtout ce qu'il ne faut pas faire.

La cuisine

L'enfant peut être tenté d'attraper plats ou casseroles, surtout s'il a faim :• ne le laissez pas seul dans la cuisine,• tournez les manches des casseroles et des poêles versl'intérieur de la cuisinière, c’est-à-dire vers le mur,• débranchez, puis rangez vos appareils électroménagers (mixeur, couteau électrique, etc.) immédiatement après les avoir utilisés et nettoyés 

Maladies infantiles

*

La varicelle

Symptômes : Apparaît en général entre 2 et 10 ans. De petits boutons roses très espacés surgissent par poussées sur tout le corps, parfois jusque dans la bouche, puis se transforment en vésicules, semblables à de petites cloques. Fortes démangeaisons. 

Contagion : la varicelle se transmet par la salive (toux, éternuement) ainsi que par les lésions vésiculeuses. Extrêmement contagieuse depuis la veille de l'apparition des premiers vésicules jusqu'au huitième jour.

Risques : La maladie est généralement bénigne, mais le grattage des vésicules peut entraîner des surinfections qui se transforment en cicatrices permanentes. 

Que faire : Il faut empêcher l'enfant de se gratter (coupez-lui les ongles!) et il faut désinfecter la peau chaque jour. Donner par voie orale un antihistaminique et appliquer un badigeon blanc sur les démangeaisons.

Conseils : La varicelle peut être grave chez l'adulte (fièvre élevée, maux de tête violents, parfois accompagnée de zona), c'est pourquoi il serait judicieux de favoriser la contagion de vos enfants qui n'ont pas eu la varicelle en l'exposant auprès d'un petit camarade atteint de la maladie.

La rubéole

Symptômes : La fièvre est peu élevée. De nombreux ganglions gonflent dans la région du cou. Éruption de petites taches rosées, très nettes au niveau du visage, du dos et des fesses. Les ganglions sont enflés derrière la nuque, sous les bras et à l'aine

Contagion : Très contagieuse au moins une semaine avant l'éruption et au moins 4 jours après. La maladie se transmet par la salive (toux, éternuement...)

Risque : Bénigne chez l'enfant, la rubéole est préoccupante chez la femme enceinte car elle peut provoquer des malformations du fœtus 

Que faire : Un traitement contre la fièvre prescrit par le médecin si nécessaire.

Conseils : On évitera tout contact du malade avec une femme enceinte. L'imunité des filles est contrôlé à la fin de la scolarité et celles démunies d'anticorps seront vaccinées. Si leur immunité est incertaine, les femmes enceinte peuvent être traitées immédiatement.

La scarlatine 

Symptôme : Une forte fièvre, accompagnée d'un malaise général; Frissons, vomissements, parfois signes d'une angine. Éruption aux plis de flexion sous forme de plaques rouge, pointillées de rouge plus foncé, couvrant bientôt la totalité du corps

Contagion : La salive contient des streptocoques qui sont propulsés lors de toux ou d'éternuement.

Risques: En principe, la scarlatine est bénigne, mais, dans de rares cas, il peut survenir des complications telles que des otites, du rhumatisme articulaire, des atteintes rénales et même des lésions cardiaques.

Que faire : Un traitement aux antibiotiques remettra le petit malade sur pied rapidement et il ne devrait pas garder le lit plus d'une semaine.

Conseils : Si vous soupçonner votre enfant d'être atteint de la scarlatine, rendez-vous immédiatement chez le pédiatre qui, après un frottis de la gorge, pourra prescrire l'antibiotique adapté à la bactérie incriminée.

La rougeole

Symptômes : Une forte fièvre, accompagnée d'un écoulement nasal. Les yeux larmoient et la toux est sèche. L'enfant n'a plus d'appétit. Puis apparition, à l'intérieur des joues, de petits boutons blancs. Ces boutons blancs disparaissent lorsque le visage, puis le reste du corps se couvre de boutons rouges foncés.

Contagion : La rougeole, due à un virus, est très contagieuse. Avant même que la maladie ne soit diagnostiquée, c'est à dire 3 jours avant l'apparition des boutons (risque maximum de contagion), et jusqu'à la disparition totale de ceux-ci, le malade est contagieux.

Risques : En principe, la rougeole est bénigne, mais des complications graves peuvent se déclarer: otite, affection broncho-pulmonaire, voire encéphalite! 

Que faire : Il faut baisser la température et calmer la toux par des médicaments adaptés. Antibiotiques en cas de surinfection.

Conseil : Si vous soupçonner votre enfant d'être atteint de la scarlatine, rendez-vous immédiatement chez le pédiatre qui, après un frottis de la gorge, pourra prescrire l'antibiotique adapté à la bactérie incriminée.

La roséole 

Symptômes : On l'appelle aussi "fièvre des trois jours". Une forte fièvre (39°-40°) qui dure trois jours est suivie d'une éruption de petites taches roses discrètes qui disparaissent au bout d'un jour ou deux

Contagion: Pas très contagieuse, on ne connaît pas son mode de transmission

Risques : Pas de risques majeurs, la maladie disparaissant au bout de trois jours. Surveillez tout de même d'éventuelles convulsions fébriles

Que faire : Le mieux est de laisser faire dame nature. On peut toutefois donner un médicament pour faire baisser la température.

Conseils : En dehors d'un accès de forte fièvre, il ne faut pas s'affoler: la roséole (appelée encore "sixièmes maladie") est sans conséquences.

© 2023 by Name of Site. Proudly created with Wix.com